L'ARJEL confirme la date limite de juin pour l'accord de liquidité

Bien que la récente réunion des régulateurs européens des jeux d'argent à Lisbonne, au Portugal, n'ait pas permis de faire le point sur la liquidité, l'ARJEL, l'organisme français de surveillance des jeux d'argent, a confirmé dans son récent rapport financier que le premier accord sur le poker en ligne sera signé en juin.

Comme l'a souligné le régulateur des jeux, l'accord permettra à la France, à l'Italie, à l'Espagne et au Portugal de créer un réseau de poker en ligne et de fusionner leurs pools de joueurs. On espère que cette initiative stimulera le jeu de poker dans ces quatre pays.

Chacun des pays susmentionnés a introduit des réglementations sur les jeux en ligne afin d'ouvrir leurs marchés aux opérations internationales à un moment ou à un autre au cours de la dernière décennie. Il est également important de noter que les opérations de poker ont été entourées de clôtures et de règles strictes qui ont empêché les joueurs d'accéder à des pools internationaux plus importants. Selon de nombreuses personnes, les clôtures étaient exactement ce qui empêchait le poker en ligne de prospérer dans les pays.

Le Portugal, en fait, a été le dernier des quatre pays à réglementer son marché des iGames. Une nouvelle réglementation est entrée en vigueur dans le pays en 2016 et ce n'est qu'à l'été de cette année-là que les premières licences iGaming ont été délivrées. De plus, ce n'est qu'en décembre 2016 qu'un opérateur de poker en ligne est entré dans le pays. Compte tenu de cela, il est encore trop tôt pour évaluer la rentabilité du marché portugais du poker en ligne. Toutefois, le fait que le régulateur local ait entamé des négociations sur le partage des liquidités est une indication suffisante pour qu'il se garde bien de répéter les erreurs commises dans d'autres pays européens dont les marchés sont cloisonnés.

Un autre élément des récents commentaires de l'ARJEL sur le sujet de la liquidité partagée qui semble particulièrement important est le fait qu'il semble que le premier réseau de poker en ligne sera établi entre la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal. Toutefois, outre ces quatre pays, le Royaume-Uni a également participé activement aux négociations en cours sur la liquidité partagée. De plus, l'Autriche et l'Allemagne se sont récemment jointes aux discussions.

Les résultats du référendum européen de l'année dernière devraient avoir certaines implications pour le secteur britannique des jeux d'argent en ligne. Et il semble que le pays ne fera que surveiller de près la mise en place du réseau de poker, mais ne participera pas activement au processus proprement dit.

Le partage des liquidités est apparu comme une idée il y a plusieurs années. Toutefois, ce n'est que l'été dernier que des mesures concrètes ont été prises dans ce sens. L'ARJEL a entamé des discussions avec ses homologues des juridictions européennes réglementées, après que la loi française sur les jeux d'argent ait été modifiée de manière à permettre le partage des liquidités au cas où la création d'un réseau de poker en ligne susciterait de l'intérêt.

On pense que le premier réseau de ce type, dont les juridictions participantes sont la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal, sera lancé d'ici la fin de 2017 ou dans les premiers mois de 2018.